Exaltée est ta renommée…

Note utilisateur:  / 1
MauvaisTrès bien 

 

« Et Nous t’avons donné une haute renommée » ou « Et Nous avons exalté ta renommée ». C’est ainsi qu’est souvent traduit le verset coranique : « وٓرٓفٓعْنا لك ذِكْرٓك » (As-Sharh : 4) qui vient consoler le Prophète ṣallallāhu 'alayhi wa sallam (peace and blessings of Allāh be upon him) des désagréments subis lors de sa mission.
Dans les recueils de Tafsir, essais d’exégèse du Coran, nous trouvons des explications s’appuyant sur un hadith expliquant qu’à chaque fois que le nom d’Allah subḥānahu wa ta'āla (glorified and exalted be He) est mentionné, Il est suivi du nom de son messager, en référence à l’attestation de foi, Adhan, Iqamah, etc.

Mais comme chaque verset du Coran est susceptible de renfermer plusieurs sens complémentaires que l’on découvre à travers le temps, un autre sens possible du verset pourrait être trouvé à notre époque du coté des statistiques des prénoms les plus utilisés.

Rappelons tout d’abord que le Prophète ṣallallāhu 'alayhi wa sallam (peace and blessings of Allāh be upon him) n’est cité par son prénom que quatre fois dans tout le Coran, alors qu’il y est appelé le Prophète une trentaine de fois. Et ce n’est pas un hasard si en occident on l’appelle justement le Prophète (par excellence). L’arabe est ainsi qualifiée par exemple de « langue du Prophète » comme on dit « langue de voltaire » pour le français ou « langue de Shakespeare » pour l’anglais.

On savait déjà qu’il n’y a pas ou peu de familles musulmanes de part le monde qui ne comptent parmi ses membres un Mohamed, Ahmed, Mohand ou Mamadou, souvent l’aîné. Ce phénomène est maintenant perceptible même en Occident. En 2011, le prénom le plus fréquemment donné aux nouveau-nés londoniens était Daniel. En 2012, ce fut Muhammad. Selon l’Office for National Statistics, une agence gouvernementale qui publie tous les ans dans son bulletin estival une étude basée sur l’état civil, Muhammad, sous ses différentes graphies (Muhammad, Mohammed, Mohammad), est même devenu le prénom le plus donné en Angleterre et au Pays-de-Galles, juste avant Harry et la différence était infime puisqu’il n’y a eu l’an dernier que vingt-neuf Harry de moins que de Muhammad.

Le phénomène n’est pas limité à l’Angleterre et au Pays de Galles. Le nom du Prophète ṣallallāhu 'alayhi wa sallam (peace and blessings of Allāh be upon him) était, toujours en 2012, le prénom qui arrivait en tête chez les nouveau-nés d’Oslo, la capitale de la Norvège. Il en est de même à Bruxelles, la capitale belge (les six suivants sur la liste étant Adam, Rayan, Ayoub, Mehdi, Amine et Hamza) et à Milan, en Italie (suivi par Omar), et cela depuis cinq ans. Le journal saoudien Al-Watan avait relevé en 2008 que les trois prénoms les plus couramment donnés à Rome, au point de représenter 40 % des nouveau-nés, étaient Ahmed, Mahmoud et Ahmed (eux aussi dérivés de Mohamed).

En France, c’est en 2007 que Mohamed s’est emparé du « haut de l’affiche sur les faire-part de naissance à Marseille » comme le notait à l’époque France-Soir. Mohamed était déjà, depuis un quinquennat, le prénom le plus donné en Seine-Saint-Denis. Et sur les cent prénoms les plus donnés à Paris de 2004 à 2011, Mohamed est en 29e position. Devant Marie (33e), Nicolas (61e), Joseph (62e), Charles (80e) ou Jean, qui n’arrive qu’en 100e position.

Le Daily Express, rendant compte du quasi-détrônement d’Harry par Muhammad, a titré : « Changing face of Britain ». Mais ne serait pas tout simplement une preuve supplémentaire de l’amour que portent les musulmans à leur Prophète ṣallallāhu 'alayhi wa sallam (peace and blessings of Allāh be upon him) et la confirmation de cette prophétie du Coran parlant de sa renommée exaltée ?

 

 

Retour